MENU

DRAPEAUX ET BANNIÈRES

CAMP DE JOUR ARTISTIQUE avec Noémi McComber

31 juillet 2017 - 4 août 2017
Sous-projet de :
1er juillet 2017
CAMP DE JOUR ARTISTIQUE

Dans cette série d’ateliers, les participants étaient amenés à explorer leur identification au territoire et à découvrir, révéler et inventer des signes, des symboles et des repères identitaires à travers une série d’exercices pratiques orientés autour de la création graphique et plastique. Des ateliers de création performative en groupe sont venues compléter le programme afin d’orchestrer la présentation finale des projets. 


Noémi McComber a obtenu une maîtrise en arts visuels et médiatiques du Chelsea College of Art (University of the Arts, Londres) au Royaume-Uni en 2002. Depuis, elle poursuit différents projets artistiques en tant qu’artiste et commissaire, adoptant une approche multidisciplinaire et collaborative. Elle a notamment présenté son travail au ICA (Institute of Contemporary Art) à Londres et au Kunstverein Kohlenhof à Nurembourg en 2003, au Moscow Centre for the Arts et à la Castlefield Gallery de Manchester en 2006, à la galerie L’Oeil de poisson de Québec et au Musée des Beaux-arts de Sherbrooke en 2007, ainsi qu’à La Centrale galerie Powerhouse et à B-312 à Montréal en 2009. En 2011, elle a présenté Nouveaux drapeaux pour vieux monuments à DARE-DARE, Déploiement en règle au festival de performance Viva art action!, ainsi que La peau du bronze, une exposition solo à la Maison des Arts de Laval. En 2013 on a pu voir ses vidéos à la galerie Optica dans une exposition individuelle intitulée Mise en échec et son travail a été diffusé en Finlande, au Pays de Gales et en Colombie. Elle vit et travaille à Montréal.

http://www.noemimccomber.com

 

Programme Jeune Public
 calq_bleu_1.jpg (image - 140 x 100 free)
 
et du
logo_georges_vanier_1.jpg (image - 140 x 100 free)

 


Projets antérieurs


24 juillet 2017
GIORGIA VOLPE Au cours de ce projet, je souhaite créer un lieu interstitiel dans la ville en proposant un objet relationnel qui induit la construction d’un espace commun. Mon intention est d’utiliser un objet de la culture populaire québécoise et de le transformer en plateforme d’investigation sur le dialogue et l’intersubjectivité.
10 juillet 2017
JOHN BOYLE-SINGFIELD Ce projet est le fruit d’une longue réflexion sur le rapport entre la répétition, l’expérience et le langage. Il s’agit d’une performance réalisée par un groupe de performeur­-euse-­s qui effectueront plusieurs actions distinctes dans l’espace public. Chacune de ces actions sera répétée sept fois par jour au même endroit pendant une semaine.
1er juillet 2017
CAMP DE JOUR ARTISTIQUE Le projet de camp de jour DÉFILER L’HISTOIRE souhaite célébrer le patrimoine et l'histoire du quartier St-Henri, afin de le faire connaître aux plus jeunes par le biais de trois ateliers de création dirigés par les artistes professionnelles Christine Comeau, Noémi McComber et Martin Dufrasne.
29 juin 2017
VERS LIBRES Durant cinq ans, c’est vingt-neuf artistes qui se sont inspirés du contexte socio-environnemental pour proposer des aphorismes, des vers et des discours qui empruntent la forme brève du slogan, du haïku ou du tweet. Ce recueil présente cinq programmations annuelles thématiques : spectacle, temps, peur, infiltration et la société des rendez-vous.
10 juin 2017
PHIL ALLARD Suite à la sélection par le centre de diffusion d’art multidisciplinaire DARE-DARE, l’artiste PhiIippe Allard propose Freiner la chute, une œuvre éphémère monumentale. Cette œuvre pensée spécifiquement pour l’appel de projet lancé par l’arrondissement du Sud-Ouest, agit dans une lignée se rapprochant du land art. Par ce geste artistique fort et sans équivoque Freiner la chute crée un lien direct avec la problématique envahissante de l’agrile du frêne.
10 juin 2017
DOUGLAS SCHOLES La HALTE (anciennement appelée Centre de documentation) accueille une partie du projet Le flâneur : (re)marquer de l’artiste Douglas Scholes. Une photographie et une sculpture seront présentées, ainsi qu'une projection extérieure du film Wanderer: (re)Marking suivie d’une discussion avec l’artiste et la commissaire. Ce projet rend compte du canal de Lachine en tant qu’entité expérimentée par le personnage du flâneur, incarné par l’artiste, ainsi que par plusieurs contributeurs.