MENU

LES SABINES

message pour le futur (1% non sollicité)

22 juin 2019 - 31 décembre 5000

Les Sabines sont déterminées à offrir publiquement l’une des plus belles images qui habite leur esprit créatif.

Le collectif a trouvé dans l’appel à propositions FRICTIONS de DARE-DARE l’occasion idéale pour réaliser un œuvre d’art public s’inspirant de la politique d’intégration à l’architecture (1%). Le projet consiste précisément en une installation permanente non-sollicitée dans l’espace public du territoire montréalais.

Dans la volonté de s’attribuer elles-mêmes tous les éloges de leur succès, Les Sabines ont choisi d’installer la sculpture Message pour le futur dans un espace vert de Montréal, sans passer par les procédures existantes pour obtenir l’autorisation de la municipalité. Fidèles à leur esprit subversif, Les Sabines désirent confronter les structures lourdes (et ennuyeuses) qui encadrent le choix des œuvres d’art public. Au final, ces dernières dénaturent trop souvent les propositions artistiques initiales pour en faire des objets de consensus sans audace ni surprises. L’œuvre prend la forme d’un récipient semblable à un gigantesque cendrier, rempli de sable. La sculpture peut ainsi astucieusement servir à la fois de jardin zen, de jardinière et de carré de sable pour les bambins. Le cendrier et le carré de sable forment ici un lien intergénérationnel, motif au cœur du processus de création de l’œuvre.

BIO

Fondé en 2009, Les Sabines est un duo d’entrepreneuses de la culture qui exploite et remet en question la perception que nous avons de la réussite et du talent de l’artiste. Également artistes multidisciplinaires, elles pratiquent le dessin, la vidéo ainsi que les arts d’impression. En passant par les procédés de l’auto-publication d’essais illustrés, de la publicité virale et du VJing, Les Sabines s’immiscent dans une variété d’événements artistiques et de vernissages en remâchant les travers des codes de reconnaissance du milieu artistique. Leur travail tire son origine de la mise en abîme de leur vécu, où chaque aléa de leurs parcours professionnels se voit ramené, tel un matériau, au cœur de leur processus créatif en collectif.

Leur production suit le tracé hasardeux de leurs pensées les plus directes, telle de l’écriture automatique, et se manifeste de façon humoristique. Depuis leurs débuts, elles dessinent leurs états d’âme de façon caricaturale et philosophent sur leurs conditions d’artistes émergeants, de travailleuses de la culture et de théoriciennes amateures. Véritables bases narratives à l’élaboration de la publication annuelle d’essais théoriques illustrés, ces essais auto-publiés, catalogués dans les plus grandes archives du Canada et distribués pour le plus grand plaisir de leurs fans, agissent à la fois comme des témoins temporels de leur propre professionnalisation, mais également comme le subterfuge d’une reconnaissance de leurs pairs. En effet, à chaque fanzine publié, elles construisent leur propre reconnaissance professionnelle en infiltrant les fonds d’archives publics. Dans cette production constante et prospère, elles réinterprètent leur quotidien en une sorte de récit collectif, relatant de leurs vies personnelles, mais aussi un peu de la vôtre.