Menu

PARLONS DE RIEN AVEC... Sylvie Tourangeau

Victoria Stanton / L’Édifiante secte de rien (n’)est sacré

26 avril 2017

Dans le cadre du projet L’édifiante secte de rien (n)’est sacré qui se déroule sur un an, Victoria Stanton invite des artistes, chercheur.es et practicien.nes issu.es de diverses disciplines [artistiques ou extra-artistiques] à présenter leur réflexions durant une série de discussions informelles sur la question du Rien faire. La formule est complètement ouverte, ce qui permet à chaque conférencier.ère de prévoir la manière dans laquelle il ou elle désire aborder le sujet et engager l’auditoire.

Le cinquième (et dernier) rendez-vous de la série est une présentation et action collective sur la notion du temps libre avec Sylvie Tourangeau.

Deux ans après une résidence d’artiste au 3e impérial à Granby (QC), Sylvie propose de revisiter le projet lors d’un moment collectif de Temps libre.

Sylvie écrit :
« De quelles façons le temps libre infiltre-t-il notre corps? Le temps libre : une notion... une sensation... un monde parallèle... une pratique... un S.O.S.... »


Quoi : Un 5@7 en formule temps libre, personnalisé et collectif
Quand : 26 avril 2017, de 17 h à 19 h

> Rendez-vous à la roulotte de DARE-DARE à 17h.
> Portez des vêtements appropriés à la météo.

Bio
Sylvie Tourangeau est considérée comme une pionnière de l’art performance au Canada. Depuis 1978, ses actions, ses ateliers collectifs et ses coachings individuels créent un espace actif d’expérimentation de la conscience performative à travers des actions minimales qui renchérissent la qualité de présence, soutiennent l’intensité et personnifient le lien avec le spectateur. Performances, art relationnel, pratiques furtives et rituels de circonstances sont des pratiques dans lesquelles elle s’investit. Elle a aussi publié des livres d’artistes et plus d’une soixantaine d’articles sur un ensemble important de performeur.es. Actuellement, elle prépare avec le collectif TouVA (Anne Bérubé et Victoria Stanton) une publication sur le mode performatif à paraître à l’automne 2017.

https://3e-imperial.org/artistes/sylvie-tourangeau
http://nothingissacred.ca/


Projets antérieurs


21 avril 2017
PARLONS DE RIEN AVEC... Sarah Harwood La méthode Feldenkrais est une forme d’éducation somatique qui utilise le mouvement corporel pour améliorer la qualité et l’efficacité du fonctionnement de la personne.
6 avril 2017
Le rien dans le rien avec rien (même pas un ordi!) Est-ce possible de créer un espace de rien, de repos et d’intervalle, en plein milieu d’une journée et du quotidien? Celles et ceux qui ont le goût de prendre un VRAI moment de repos sont invités à m’accompagner dans l’Espace de résistance — un lieu sans fil et sans écran —, au café étudiant l’Exode du Cégep du Vieux Montréal.
15 mars 2017
PARLONS DE RIEN AVEC... Carly Gaylor et Curtis Murphy CARLY GAYLOR et CURTIS MURPHY. Dans le cadre du projet L’édifiante secte de rien (n)’est sacré, qui se déroule sur un an, Victoria Stanton invite des artistes, chercheur.es et praticien.nes issu.es de diverses disciplines [artistiques ou extra-artistiques] à présenter leur réflexions durant une série de discussions informelles portant sur la question du Rien faire.
14 mars 2017
Claire Moeder Entrecroisant imaginaire et mémoire collective, Claire Moeder composera les récits de 24 œuvres inventoriées, indices d’un patrimoine glissant et d’une histoire souterraine, revisités aujourd’hui par le biais de l’écriture créative. Elle mêlera présences concrètes et réinterprétations fictives des œuvres, déterminées par les traces laissées sur les sites ou leur absence.
11 mars 2017
SYLVAINE CHASSAY Dans le cadre du volet Intervention dans l’espace public de notre programmation ayant pour thème La Société des rendez-vous, Sylvaine Chassay nous propose le projet La confrérie du rêve. L’artiste souhaite réunir des personnes de tout horizon ayant envie de partager leurs rêves au sein d’un petit groupe et de vivre une expérience commune. Qu’il s’agisse de songes, de souhaits, de chimères, d’ambitions, toute forme de rêve est la bienvenue !
24 février 2017
Regarder la ligne d’horizon de Montréal disparaître En tant que résidente du sud-ouest de Montréal, j’emprunte souvent la piste cyclable qui borde le canal Lachine pour me rendre en plusieurs points de la ville, à la fois à l’est et au nord. Durant les 6 dernières années, j’ai vu rapidement le paysage urbain se transformer, un condo à la fois. La vue sur l’horizon de la ville – autrefois une particularité attrayante de ce parcours – est en train de disparaitre.