Menu

PARLONS DE RIEN AVEC... lo bil

Victoria Stanton / L’Édifiante secte de rien (n’)est sacré

9 novembre 2016

Dans le cadre du projet L’édifiante secte de rien (n)’est sacré qui se déroule sur un an, Victoria Stanton invite des artistes, chercheur.es et practicien.nes issu.es de diverses disciplines [artistiques ou extra-artistiques] à présenter leur réflexions durant une série de discussions informelles sur la question du Rien Faire. La formule est complètement ouverte, ce qui permet à chaque conférencier.ère de prévoir la manière dans laquelle il ou elle désire aborder le sujet et engager l’auditoire.

"C’est paradoxal —que voulez-vous— je sais que je suis encore une fois en train d’organiser des patentes et de me créer plus de dossiers à gérer pendant que je suis sensée ne rien faire… mais bon. Je me suis dit que c’était exactement le bon moment pour le faire, alors saisissons l'opportunité. Je vois ça comme une occasion de nous retrouver en gang, pour collectivement contempler le Rien."  Victoria Stanton

 

lo bil  (Toronto)
9 novembre 2016 à 19h00
Les Ateliers Jean Brillant
661, Rose-de-lima, Saint-Henri (métro Lionel Groulx)
 
**Cette présentation se déroulera en anglais**

Le premier rendez-vous de la série se fera avec la performeuse de Toronto lo bil qui vient nous présenter sa nouvelle œuvre : NOTHING, non-progress of work a
 
À ce propos, lo écrit : "Je m'engage dans ce temps et l'espace, en abandonnant les idées préconçues de ce que cette performance est. Je vais manœuvrer mes actions en agissant sur l'impulsion et  en questionnant : Qu'est-ce ? N’est-ce rien ? Pourquoi n’est-ce rien ? Comment puis-je encourager la présence du rien ? Pourquoi ce rien est-il pertinent maintenant ? Je dirai ce qui me vient à l'esprit. Ce faisant, je vous invite à rester vigilant et à relever toute compréhension de ce à quoi ce rien peut sembler ou ressembler."
 
Sur son processus, lo renchérit en disant : "J'étudie, pense, écris et me déplace jusqu'à ce qu'il soit temps de performer. Puis je pratique le lâcher prise de ce que j'ai anticipé et imaginé, en faveur de l'expérience de ce que je n'aurais jamais pu imaginer."
 
Cette performance se fera afin de trouver le rien. Je sais qu'il y a deux significations contradictoires ici : (1) à la recherche du concept de rien, rien en tant que sujet ; et (2) à entrer dans une recherche sans objet, une recherche sans référence.
 
Dans le déroulement de la performance, je tente de me rendre à l’endroit dans mon cerveau où je ne sais pas ce que je fais ou pourquoi je le fais même si, pendant ce temps, une énergie traverse mon corps avec clarté. Le fait d'être devant un auditoire accélère le temps ; incidemment, cette énergie provenant de rien peut émerger plus facilement.
 
Dois-je simplement attendre pour que ce rien émerge à la surface ?, ou, Puis-je faire apparaitre ce rien quand même ? Je peux écouter des changements dans mon corps et tenter de discerner dans quelle mesure cet état est proche de rien.
 
Je parle de façon immédiate et me déplace de façon aléatoire, mais je fais des choix à propos de ce qu'il faut dire et de comment me déplacer. Je parcoure ce chemin vers la zone de l’inconnu, poussée à faire des choix que je ne comprends pas. Parfois, je cède à une action et réalise que je sais pourquoi j'ai fait cela, c'est quelque chose. Donc je laisse cette chose et j’essaie à nouveau de m’égarer.
 
Le contenu de rien est-il performatif ? Le fait de trouver mon rien me permet-il de connecter avec toutes les autres versions du rien ?
 

bio  
Lo crée des expériences performatives pour mettre en relation, la recherche avec : le processus, le plaisir, la vulnérabilité, le risque, la mémoire, la capacité d’agir, le travail ; tout comme avec une esthétique du sensoriel et l'influence de la position sociale sur l'identité. Lo trouve des images par le biais d’improvisations physiques et orales réitérées en boucle et, à travers des interactions matérielles. Son travail est brut, franc, parfois amusant et il implique souvent une rétroaction avec le public.

Lo a créé des actions pour : le Festival International d'Art performance 7a*11d de Toronto, 25 Hours for 25 Years pour le DCAC, le Mois de la performance Art-Berlin, ITINERANT Performance Art Festival NYC, Duration and Dialogue (dans le cadre du collectif No Object), Words and [ ], une conférence longue durée par la School of Making Thinking et Summerworks Performance Festival 2016 où elle s’est mérité le Prix FADO Performance Art Centre Live Art Award. Parmi ses performances à venir, notons ASSEMBLÉE par le collectif de performances féministe WIVES, qui sera présentée au Studio 303 (Montréal), au Panoply Lab (New York) aisi qu’au Flowchart (Toronto).




Projets antérieurs


31 octobre 2016
APPEL À PROJETS 2017 Pour sa programmation 2017-2018, DARE-DARE propose de nouveau un cadre de travail intitulé La Société des Rendez-vous. Nous faisons appel aux artistes qui désirent inscrire l’art dans le quotidien ; qui veulent s’immiscer dans l’environnement social par des stratagèmes de tout acabit et à durées variables.
15 octobre 2016
ATELIER D'AGENTS SECRETS et D'INFILTRATION ARTISTIQUE Au cours de cet atelier, les participant.e.s découvriront dans un premier temps le journal de collecte d’actions clandestine des artistes, les différents outils d’infiltrations et les manoeuvres accomplies en juillet 2015. Chaque personne sera ensuite amenée à élaborer sa propre infiltration et à tester sa proposition dans l’espace public.
1er octobre 2016
PASSEPORT DARE-DARE 2016 + SOIRÉE FESTIVE Présentée dans le cadre des journées de la culture, cette activité culturelle consiste en un parcours déambulatoire durant lequel les participants sont invités à collectionner des œuvres/estampes d’artistes sélectionnés par DARE-DARE.
14 septembre 2016
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE C'est avec un immense plaisir que nous vous convoquons à l'Assemblée générale annuelle de DARE-DARE qui se tiendra le mercredi 14 septembre prochain, de 18h00 à 20h30 aux Ateliers Jean-Brillant (661 Rose de Lima, à quelques pas du métro Lionel Groulx). L'AGA est un moment unique pour nous faire part de vos désirs et de vos préoccupations - comme pour guider les actions de votre Centre d'artistes.
14 septembre 2016
ROSANA & ARIS Nous aimerions offrir la possibilité à tous les lecteurs de ces propositions de permuter les données de ces formules et de changer le positionnement des mots qui apparaissent dans une équation. Ainsi, chaque modification mentale des équations proposées génèrerait de nouveaux sens et provoquerait une lecture et un impact différent, face à celles-ci.
10 septembre 2016
ATELIER DE HAïKUS Investir l’espace public de vos mots? C’est la perche que vous tend Dare-Dare, grâce à une initiation au poème « haïku », le plus petit poème du monde. Une fois écrits, vous diffuserez vos haïkus dans les rues du quartier en explorant différents procédés (craie, etc.). Une invitation inusitée!