Menu

PHILIPPE ALLARD

Freiner la chute - Oeuvre d'art public éphémère

27 avril 2017 - 30 novembre 2018

Suite à la sélection par le centre de diffusion d’art multidisciplinaire DARE-DARE, l’artiste Philippe Allard propose Freiner la chute, une œuvre éphémère monumentale. Cette œuvre pensée spécifiquement pour l’appel de projets lancé par l’arrondissement Le Sud-Ouest, agit dans une lignée se rapprochant du land art. Par ce geste artistique fort et sans équivoque Freiner la chute crée un lien direct avec la problématique envahissante de l’agrile du frêne. 

En exploitant le concept du domino, il s’agit ainsi de représenter l’hécatombe causée par l’insecte qui fait littéralement tomber les arbres. L’image de la chute des arbres par des madriers assemblés provenant du bois coupé, démontre l’intention de communiquer clairement la gravité de la situation sur les écosystèmes environnants. Freiner la chute : c’est la force évocatrice de cette catastrophe potentielle. Par un premier madrier déjà tombé et les deux premiers à l’oblique, la chute est initiée, la cause à effet est entamée.

La métaphore de la forêt tient dans la verticalité de l’œuvre et par les matériaux bruts employés, mais également dans la notion de passage et de parcours. Les usagers des transports en commun sont en mesure de constater de l’ensemble de l’intervention qui se déploie devant eux en la traversant et du même coup pour apprécier les détails d’assemblage de chacun des arbres. Il s’agit à la fois d’une œuvre d’envergure qui se contemple dans les ses moindres détails, tout en étant près de l’échelle humaine.

L’aspect évolutif de l’installation est important, soit par le changement de couleur des différentes essences selon les facteurs environnementaux; le soleil, le vent, la pluie, la neige, etc. Le passage des saisons accentuerait l’esprit vivant de l’œuvre. Cette transition aurait un impact favorable à la transformation des madriers et des jeux d’ombres portés au sol, changeants selon les heures, les semaines, les saisons. Freiner la chute se redécouvre à chaque passage.


Processus de fabrication de l’œuvre

Suite à la livraison des sections de bois prédécoupées et séchées de 4 pouces par 4 pouces fournies par l’arrondissement, l’artiste Philippe Allard et ses alliés se sont mis au travail. La quantité de bois nécessaire pour fabriquer Freiner la chute représente plus de 2000 pieds linéaires de bois coupés l’année dernière, séchés dans un séchoir pendant 4 mois, soit l’équivalent de 1 pouce linéaire par mois de séchage. Il s’agit de plusieurs essences de bois. En plus du frêne de Pennsylvanie, l’œuvre est composée de tilleul à petites feuilles, érable argenté, érable de Norvège et de Chêne rouge.


Démarche de l’artiste

Inspiré de l’Arte Povera, Philippe Allard récupère et collectionne des matériaux et objets issus de la production industrielle et en détourne la signification première en les transposant dans un nouveau contexte.

Les produits sont le plus souvent choisis pour leurs propriétés formelles et notamment pour le potentiel optique laissant agir l’ombre et la lumière par l’accumulation et la multiplication. Les produits deviennent des monuments publics qui confrontent les passants à la signification de l’impact global de leurs gestes quotidiens rendue visible par la mutation des objets de consommation de leur fondement originel. En pervertissant la nature des objets et matériaux récupérés, il cherche à en prolonger le sens dans un système auquel ils n’étaient pas destinés, celui de l’art actuel.

L’environnement transformé à travers l’industrie est un thème prédominant dans son travail. Il désire amener le spectateur à considérer les proximités entre l’artificiel et le naturel, autant que celles entre l’inspiration la nature et la dégradation de celle-ci. Les installations se veulent des métaphores du dilemme de notre existence moderne.


Biographie

Artiste autodidacte, Philippe Allard vit et travaille à Montréal. Ses œuvres ont fait l’objet d’expositions individuelles, notamment au centre Articule, à la Fonderie Darling et dernièrement au Confederation Centre de Charlottetown. Il a également participé à plusieurs expositions collectives, dont la 5e Biennale de Marrakech, en mars 2014 et au 31e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul en août 2013. Ayant à cœur les interventions in situ, il a aussi réalisé plusieurs commandes d’œuvres publiques et privées. Il fut, avec Justin Duchesneau, lauréat du concours de la Place des Arts de Montréal en 2009 et récipiendaire du prix d’art public de l’AGAC pour leur installation Courtepointe en 2014. Il a réalisé quatre œuvres sculpturales dans le cadre de la politique d’intégration à l’architecture depuis l’été 2013 et est sur le point d’en installer deux autres pour le 375e anniversaire de la ville de Montréal au 2017.

all-art.ca


L’artiste tient à remercier particulièrement Les Ateliers Jean Brillant pour leur collaboration, ainsi que Geneviève Massé, chargée de projet pour DARE-DARE, pour le soutien accru tout au long du projet. 

 


Projets antérieurs


26 avril 2017
PARLONS DE RIEN AVEC... Sylvie Tourangeau « De quelles façons le temps libre infiltre-t-il notre corps? Le temps libre : une notion... une sensation... un monde parallèle... une pratique... un S.O.S... ». Deux ans après une résidence d’artiste au 3e impérial à Granby (QC), Sylvie propose de revisiter le projet lors d’un moment collectif de Temps libre, à DARE-DARE.
21 avril 2017
PARLONS DE RIEN AVEC... Sarah Harwood La méthode Feldenkrais est une forme d’éducation somatique qui utilise le mouvement corporel pour améliorer la qualité et l’efficacité du fonctionnement de la personne.
6 avril 2017
Le rien dans le rien avec rien (même pas un ordi!) Est-ce possible de créer un espace de rien, de repos et d’intervalle, en plein milieu d’une journée et du quotidien? Celles et ceux qui ont le goût de prendre un VRAI moment de repos sont invités à m’accompagner dans l’Espace de résistance — un lieu sans fil et sans écran —, au café étudiant l’Exode du Cégep du Vieux Montréal.
15 mars 2017
PARLONS DE RIEN AVEC... Carly Gaylor et Curtis Murphy CARLY GAYLOR et CURTIS MURPHY. Dans le cadre du projet L’édifiante secte de rien (n)’est sacré, qui se déroule sur un an, Victoria Stanton invite des artistes, chercheur.es et praticien.nes issu.es de diverses disciplines [artistiques ou extra-artistiques] à présenter leur réflexions durant une série de discussions informelles portant sur la question du Rien faire.
14 mars 2017
Claire Moeder Entrecroisant imaginaire et mémoire collective, Claire Moeder composera les récits de 24 œuvres inventoriées, indices d’un patrimoine glissant et d’une histoire souterraine, revisités aujourd’hui par le biais de l’écriture créative. Elle mêlera présences concrètes et réinterprétations fictives des œuvres, déterminées par les traces laissées sur les sites ou leur absence.
11 mars 2017
SYLVAINE CHASSAY Dans le cadre du volet Intervention dans l’espace public de notre programmation ayant pour thème La Société des rendez-vous, Sylvaine Chassay nous propose le projet La confrérie du rêve. L’artiste souhaite réunir des personnes de tout horizon ayant envie de partager leurs rêves au sein d’un petit groupe et de vivre une expérience commune. Qu’il s’agisse de songes, de souhaits, de chimères, d’ambitions, toute forme de rêve est la bienvenue !