Menu

RADIO DARE-DARE

1er novembre 2014 - 25 novembre 2014

::::ÉCOUTEZ::::

La musique de tout le monde

Le lutteur à l'eau de rose

Minorité invisible  présentation

Minorité invisible  capsule 01

Minorité invisible  capsule 02

Minorité invisible  capsule 03

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES  samedi 22 novembre à la roulotte de 12h00 a 15h00

FRÉQUENCES RADIO

Trois projets audio originaux seront diffusés entre le 1 et le 25 novembre 2014 sur la chaine Radio DARE-DARE 102,9 fm

Afin d’accroître et d’affiner son champ d’action, DARE-DARE innove cette année et greffe un volet radio ponctuel à sa programmation. Ce dernier nous permettra d’étendre les territoires explorés par les artistes et de pousser plus loin notre incursion dans les modes furtifs et infiltrants de présence de l’art dans le réel. La RADIO DARE-DARE souligne la première décade de DIS/LOCATION: projet d'articulation urbaine initié par DARE-DARE en 2004. Elle émettra du 1er au 25 novembre 2014 sur la fréquence 102,9 fm.

////////

La Musique de tout le monde 22 heures 10 min. Projet collectif proposé par Magali Babin et Sylvie Cotton 

La Musique de tout le monde, un projet interdisciplinaire de Magali Babin et Sylvie Cotton, a débuté en août 2013. Il a consisté à aborder les résidentes et résidents du complexe des Habitations Jeanne-Mance (HJM) dans le but de réaliser ensuite plusieurs projets sonores.

Les artistes ont créé trois compositions musicales dont la matière première est la liste sonore de tous les prénoms des 290 personnes ayant accepté de participer à La Musique de tout le monde. La liste est devenue un matériau qui se décline en 3 formulations audio : une suite énumérative de tous les prénoms, une superposition progressive de tous les prénoms, et une accumulation unique de tous les prénoms. Au final, les deux artistes ont tiré de ce tissu de rencontres et de paroles, un indicatif sonore qu’elles décident de diffuser publiquement comme le symbole entendu et reconnu de cette présence humaine au cœur du monde urbain. Ce son devient l’indicatif de la présence de ces vies humaines au quotidien domestique, intime et familial, et vivant au cœur de Montréal et plus précisément, en son centre névralgique, historique, social et maintenant aussi, artistique.

Globalement, de l’œuvre émane l’interdisciplinarité souhaitée par Babin et Cotton, et ramène à l’avant plan la vocation relationnelle du projet, conservée à toutes les étapes de réalisation.

Le 2e volet est une émission radiophonique de 21 heures consécutives diffusant le choix musical préféré des résidentes et des résidents-e-s associé aux créations sonores.

La zone occupée par les Habitations Jeanne-Mance (HJM), un quartier avoisinant Dare-Dare et un lieu communautaire historique à Montréal, a été épargnée par le réaménagement du secteur du centre-ville devenu le « chic » Quartier des spectacles. Il est un des rares secteurs résidentiels à y avoir été sauvegardé. Ce nouvel espace, principalement commercial, et dit à vocation culturelle, met maintenant en vedette du divertissement en tous genres, intérieur comme extérieur, et ce, 365 jours par année.

C’est dans ce contexte que le projet La Musique du monde de tout le monde vient se placer: il vient rappeler, en périphérie à toute cette agitation, non seulement la présence des citoyennes et de citoyens qui résident aux HJM, mais aussi les diverses appartenances culturelles, peu reconnues, et même, peu connues, de près de 2000 personnes.

*Un merci spécial à Thierry Gauthier pour sa précieuse aide technique.

 

Le lutteur à l’eau de rose 72:00 min. de Guillaume Boudrias-Plouffe

Le projet audio proposé par Guillaume Boudrias-Plouffe fait suite à une performance de longue durée réalisée le 24 septembre 2014 devant le Musée d’art Contemporain de Montréal. Cette prestation se voulait un hommage au chanteur de charme Fernand Gignac décédé en 2006.

C’est en 1964 que feu Fernand Gignac (1934-2006) devenait Monsieur Radio-Télévision et qu’il profitait de cet élan pour se produire en solo à la Place des Arts (concert endisqué TF-347). Cependant, c’est du haut de ses 9 ans qu’il chante pour la première fois seul en public ; sur un ring de lutte ! 70 et 50 ans après ces deux moments de gloire, vous êtes conviés à offrir un hommage, sans ironie et en toute modestie, à celui qui aura su bercer le cœur de milliers de québécois et québécoises. Ce personnage emblématique, maître de cérémonie et chanteur de charme, animateur de radio et homme de télévision, aura lutté toute sa vie en fier représentant d’une culture trop souvent qualifiée de second ordre. Il n’aura laissé personne indifférent. C’est sur l’esplanade de la Place des Arts, devant le musée d’art contemporain que les participant.es ont pu entonné ses plus grands succès, pour le bonheur... ou le malheur de tous.

Le montage sonore que Boudrias-Plouffe nous propose, assemble une entrevue réalisée au printemps 2014 avec monsieur Benoit Gignac le fils et biographe de cet artiste de variété et, des extraits sonores issus de la performance participative Le lutteur à l’eau de rose dans lesquels on peut recoonaitre les grands succès de Fernand Gignac.

 

Minorité invisible 74:11 min. un projet collectif proposé par Mélissa Simard, Pedro Carbajal, Simon Douville _ Réalisation : Mélissa Simard et Camilche Cardenas

Minorité invisible se doit d’être écouté avec un bandeau sur les yeux. Le projet a comme sujet la dissémination et la poétisation du territoire sonore, la recherche de l’invisible. Le triptyque radiophonique est composé d’une expérience de déambulation urbaine en compagnie de trois personnes vivant avec un handicap visuel. La création est conçue de manière à ce que l’auditeur se retrouve submergé par les images-sons et autres référents spatiaux et sensitifs utilisés par les mal-voyants dans leur vécu du quotidien au sein de la ville.

Sur le ton de la confidence, l’auditeur devient un témoin privilégié du passé (souvenirs) et du présent du guide aveugle. L’individu a décidé du trajet, des lieux publics ou privés à visiter, en livrant ses envies, ses impressions/ réflexions sur les lieux à travers l’interprétation des sons, des odeurs, etc. Il s’agit ainsi d’une (re)découverte orientée sur le laisser-aller, l’incursion dans le moment quotidien, la flânerie, le temps qui s’arrête en mettant entre parenthèses pour l’auditeur le sens de la vue. Nous sommes ainsi en présence d’un territoire inexploré, celui d’un monde sans vision.

L’auditeur est amené à comprendre comment s’orienter à travers l’invisible, comment les ressources sensorielles des voyants se retrouvent désuètes dans un environnement basé sur l’imagination auditive et tactile. La narration de la personne mal-voyante se mêle aux effets d’art audio et d’abstraction sonore visant par moments à surprendre, déstabiliser, ou affecter l’émotion de l’auditeur. La ville est un personnage important du paysage de Minorité invisible, elle se touche, s’écoute, mais ne se voit pas. Nous proposons ainsi une totale incursion dans le monde de la voix, des sons, du bruit, des rythmes de la ville, des pas qui vont au fur et à mesure d’une balade à l’aveugle.

 

///////

À ces trois oeuvres originales s'ajoute la captation sonore de deux présentations publiques présentées par DARE-DARE.

VVV - UNE TRILOGIE D'ODYSSÉES TRANSFRONTIÈRES une rencontre avec Patrick Beaulieu et Daniel Canty avec la participation trans-atlantique d’Alexis Pernet et une prestation musicale de Hraïr Hratchian et Lisa Gamble

En avril 2013, Patrick Beaulieu et Daniel Canty nous conviaient à découvrir VVV, une trilogie d’odyssées transfrontières. À l’initiative de Patrick Beaulieu, nos deux compagnons d’aventure ont élu de pister par les routes d’Amérique les signes d’une géographie secrète, où les divisions politiques s’estompent à la lumière des révélations poétiques.

En 2007, ils se sont lancés dans Vector monarca,http://www.vectormonarca.com/fr/index.php suivant par voie de terre le parcours migratoire des papillons monarques à travers l’Amérique du nord à bord de laMonarca Mobile, un camion postal modifié en galerie d’art et observatoire pseudo-scientifique. En 2010, pour Ventury  http://venturyodyssey.com ils ont suivi les vents d’Amérique à partir de Chicago, The Windy City, grâce à la Blue Rider, un camion Ford Ranger équipé d’une manche à air et d’une girouette. L’auteur Dauphin Vincent et l’architecte paysagiste Alexis Pernet étaient aussi de l’aventure, et le miracle de la télé-présence permettra à ce dernier de partager en direct avec nous son expérience de la route des vents. Le volet final de la trilogie,Vegashttp://vegasodyssey.com/vegas-fr.html ) a relancé en 2012 Patrick et Daniel sur les chemins du hasard à partir de Las Vegas, Nevada. Cette fois, ils voyageaient à bord de la Magic Dart, une Dodge Dart dont le capot était couronné d’une roue de fortune ornée des vingt-et-un symboles d’un I Ching western.

Les agents transfrontières y racontent comment ils s’abandonnèrent à des forces qui les dépassent afin d’en éprouver le plein potentiel poétique. Ils y présentent le résultat de ces expériences et de ces rencontres continentales : un corpus d’œuvres combinant installations, vidéos, photographies, cartes géopoétiques, objets trouvés et textes littéraires. Ils préparent actuellement un atlas géopoétique,VVV, somme livresque de sept années de pérégrinations.

Au programme : images, vidéos et lectures, mélopées fantomatiques, discussions curieuses, réconfort alcoolisé, esprit d’aventure, humour lyrique, extase esthétique et science naïve.

ABC MTL : D pour Dis/location une table-ronde

En mars 2013, à l'invitation du CCA, Le centre de diffusion d’art multidisciplinaire DARE-DARE présente les enjeux rencontrés lors des cinq amarrages de Dis/location et propose de discuter des limites de la diffusion d’oeuvres multidisciplinaires dans l’espace public. Cette table ronde se tiendra en compagnie d’artistes-membres : André-Éric Létourneau, Douglas Scholes et Julie Faubert; de Geneviève Massé, coordonnatrice à la programmation; et de Michel Demers, Chef de Division à la Culture de l’arrondissement Ville-Marie. Le centre DARE-DARE a participé à ABC : MTL, une plateforme ouverte présentée au CCA, qui cartographie le Montréal contemporain de façons multiples et à l’aide de différentes techniques.

en collaboration avec  


Projets antérieurs


21 octobre 2014
VINCENT CHARLEBOIS Des sacs de gravier sont transportés puis déversés dans un lieu public afin de constituer un monticule de roche. Une brouette a été amené afin que le pelleteur puisse recueillir le gravier pour le déplacer au prochain lieu. Cette opération se veut répétitive et sans finalité autre que celle de déplacer un tas de roche. Lorsque le pelleteur est épuisé, le gravier est laissé sur place jusqu'à la prochaine session de pelletage.
16 octobre 2014
AURÉLIE PEDRON RÛE consiste en une série de recherches sur le mouvement, réalisées seules ou en duo et qui se développent sur le mode de la rencontre -par jeu de contraste et de miroir- elles révèlent des similarités et différences qui caractérisent ces échanges.
15 octobre 2014
GENEVIÈVE LETARTE La suite de poèmes inédits que je propose ici tient tout à la fois du haïku païen, du slogan intime, de la pub existentielle. Bref, une parole individuelle qui se veut collective selon le fameux « Je est un autre » de Rimbaud. En fait, je considère ces poèmes comme des états d’être de la peur, quand celle-ci est ressentie physiquement aussi bien que moralement ou métaphysiquement.
1er octobre 2014
APPELS À PROJETS 2015-16 Pour sa programmation 2015-2016, DARE-DARE propose un cadre de travail autour de la notion d’infiltration. Nous faisons appel aux artistes qui désirent inscrire l’art dans le quotidien ; qui veulent s’immiscer dans l’environnement social par des stratagèmes de tout acabit et à durées variables.
27 septembre 2014
Pohanna Pyne Feinberg - résidence de recherche Dans le cadre du volet 2_Espace critique,
 DARE-DARE reçoit Pohanna Pyne Feinberg.
24 septembre 2014
GUILLAUME BOUDRIAS-PLOUFFE LE LUTTEUR À L'EAU DE ROSE : Hommage performatif à Fernand Gignac. Venez entonner votre air populaire dans des «duels amicaux» le 24 septembre à partir de 18 h sur l’Esplanade de la Place des Arts devant le Musée d’art contemporain de Montréal.