MENU

ROSELINE LAMBERT

Raciner

29 juillet 2021 - 20 octobre 2021

"Raciner veut dire « prendre racine ». Je vous présente sur ce panneau lumineux douze végétaux enracinés dans le parc Sainte-Cunégonde. Ces mots de plantes et d’arbres sont traduits en plusieurs langues pour témoigner des sonorités humaines que ces plantes ont entendu au cours de leur règne végétal. Sur ce phare obsolescent de notre modernité capitaliste, je publicise leurs noms pour nous rappeler à la dimension végétale de notre enracinement urbain. J’éclaire ainsi de cette lumière jaune, un réseau de racines linguistiques qui résonne encore. Les noms de ces plantes sont traduits en français et en anglais pour parler nos langues communes, mais également en latin pour témoigner de notre classification botanique, puis en langues autochtones, kanyen’kéha, mi'kmaq et nehlueun, ainsi qu’en diverses langues entendues par ces plantes plus récemment comme par exemple, le mandarin, l’allemand, le swahili, le polonais, le créole haïtien, le yiddish, l’arabe, le laotien."

DÉMARCHE ARTISTIQUE
Ma démarche littéraire est animée actuellement par deux croyances. Premièrement, même si écrire est un geste silencieux, il s’agit toujours d’une conversation soutenue avec les autres. Et aussi, de manière urgente, je crois que la littérature a un rôle crucial à jouer maintenant : celui d’imaginer comment décentrer l’humain de sa position dominante dans notre écosystème.

Roseline Lambert est poète et anthropologue. Elle a publié deux recueils de poésie chez Poètes de brousse, Les couleurs accidentelles en 2018 et Clinique en 2016. Elle achève un doctorat en anthropologie de la poésie à l’Université Concordia. Durant la dernière année, elle a résidé en Norvège pour faire un projet de recherche et de poésie sur l’anxiété et les effets de la lumière. Elle a remporté le prix Félix-Antoine-Savard de poésie en 2017.


Projets antérieurs







.