MENU

SYLVAINE CHASSAY

La confrérie du rêve – Les drapeuses

11 mars 2017
Un projet de Sylvaine Chassay avec Joanne Marcotte, Julie Sarrazin, Marie-Jeanne Brouillette, Sophie Aubry et Véga Claret

Se réunissent, dans La confrérie du rêve, des personnes de tous horizons ayant envie de partager leurs rêves au sein d’un petit groupe et de vivre une expérience commune. Qu’il s’agisse de songes, de souhaits, de chimères, d’ambitions, toute forme de rêve est la bienvenue!

Lors des rencontres, les rêves sont échangés, partagés, brassés, entremêlés, afin de créer des textes à imprimer sur des draps de couleur. S’ensuivent des périodes de sieste en utilisant ces draps/textes comme couvertures. On les utilise donc pour ce qu’ils sont, de simples draps, mais aussi pour les accrocher aux cordes à linge d’une ruelle, ou pour en faire des tentes temporaires devant l’abri-mobile de DARE-DARE. L’objectif ici est d’injecter du rêve dans la sphère collective et de s’en servir comme véhicules ou témoins d’expériences communes.

Ainsi, quelques parts de rêve s’introduisent dans cet ancien quartier ouvrier où une manufacture textile a produit tant de draps pendant des décennies...

SIESTE PUBLIQUE

Dimanche 30 octobre et 6 novembre 2016, de 13h30 à 16h00
Sur les deux rives du canal Lachine, à proximité de la passerelle (derrière le Marché Atwater)

Samedi 11 mars 2017, de 13h30 à 14h30
Dans le Parc des Marchands-de-Bois (au bord du canal Lachine, à l’angle des rues de Lévis, Rufus Rockhead et Charlevoix)

CONSTRUCTION DE TENTES
Samedi le 12 novembre de 11h30 à 15h30
Devant la roulotte de DARE-DARE

Démarche artistique

Depuis plus de 20 ans, le travail de Sylvaine Chassay est à la jonction de l’art contextuel et participatif, tout en s’inspirant des nouveaux médias. Multiforme, il s’exprime par le biais d’installations, d’interventions in situ, in socius et d’actions performatives. Notre condition humaine occidentale et son évolution constituent le point central de ses préoccupations. Elle observe, examine et questionne notre mode de vie, nos contrariétés, nos valeurs collectives et individuelles, s’incluant dans ce processus tout autant que ses contemporains. En ressort des œuvres en forme de propositions offertes à la participation.

Chaque projet démarre par une piste intuitive à partir de laquelle elle effectue des recherches sur le terrain. Ces explorations l’amènent à trouver la clé de voute du projet, autour de laquelle s’articulent graduellement les autres composantes de l’œuvre. Les questions de transmission, de mémoire, de communication, d’attention à l’autre et envers soi-même constituent ses préoccupations majeures, qu’elle partage avec les participants lors du processus de création ou, selon le projet, lors de la présentation de l’œuvre.

Après l’obtention de son Baccalauréat en arts visuels (UQAM, 1994), Sylvaine Chassay a complété des études supérieures en France, où elle a vécu pendant dix ans. Ses œuvres se sont déployées dans plusieurs pays dont l’Angleterre, le Danemark, le Canada et le Japon, lors d’évènements, de symposiums, d’expositions, ou dans des lieux publics. Elle est récipiendaire de bourses du CALQ et de la Sodec, et s’implique activement dans le milieu des centres d’artistes autogérés du Québec depuis son retour à Montréal.

 

 


Projets antérieurs


8 février 2017
CÉLINE HUYGHEBAERT
22 janvier 2017
JOURNÉE D'ÉTUDE 2017
1er janvier 2017
ROBERTO SANTAGUIDA
10 décembre 2016
TABLE RONDE
23 novembre 2016
SYLVIE LALIBERTÉ