MENU

DOIS (belote + kimura-lemoine)

MEAREWE

15 décembre 2021 - 25 mars 2022

DOIS (belote + kimura-lemoine) invite le public à MEAREWE, une installation in-situ, évolutive et participative au parc Sainte-Cunégonde, dans le cadre de notre programmation Traduction.

Issus de communautés queer de leur pays natal, fernando belote et kimura byol lemoine s'intéressent à la manière dont la performance du langage peut être vecteur d’une charge contrecoloniale. Par le truchement de subtiles interventions disruptives, leurs propositions conceptuelles reformulent la communication et fait progresser la dimension psychologique des stratégies de survie. C'est à dessein que seront ravivées des réminiscences : d'expériences corporelles traumatisantes, de performances orales transgénérationnelles et la dérégulation langagière caractéristique à ces communautés; pour honorer le savoir qui a composé le paysage des communautés queer au Brésil et en Corée du Sud.

Alors que kimura-lemoine évoque les aspects performatiques du langage en attirant l'attention sur les mots queer coréens et des gestes rituels shinto adaptés, fernando a entamé une recherche sémantique qui met l'accent sur les contributions ancestrales des Yorubas à la langue P(B)ajubá ainsi que la connexion avec les terreiros de candomblé et les expressions transgenres.

L'acte de traduction de fernando circonscrit les éléments politiques, culturels et personnels qui encadrent l'utilisation du vocabulaire bixa brésilien. L'œuvre est un jeu de mots évolutif basé sur le lien que fernando entretient avec les dialectes du nord-est, le P(B)ajubá parlé dans la rue et la mémoire des expériences vécues au Brésil. De plus, les recherches de fernando sur le P(B)ajubá accueille une collaboration avec l'activiste brésilienne Neon Cunha. 

C'est en retournant vivre en Corée du Sud de 1993 à 2006, alors qu’iel a fait son coming out dans son pays natal, que kimura-lemoine se reconnecte pour sa part avec la traduction de la vie quotidienne des queer coréens. Yel.le a appris à naviguer de manière sécuritaire dans une société très homophobe (en raison des croyances religieuses chrétiennes extrémistes qui y prévalent) et en faisant appel à l'imaginaire du shinto pour connecter et honorer nos ancêtres queer.

MEAREWE, qui sera déployée sur 100 jours dans l’espace du parc Sainte-Cunégonde, se veut une expérience participative entre le duo d'artistes et le public. L'installation évolutive, sera échelonnée dans le temps et ponctuée en plusieurs interventions :

‹sur la gauche›  se trouve l'arbre à secret où vous pourrez murmurer votre(vos) secret(s) dans les fissures de la peau de l'arbre, comme nous le faisons en Asie ;

‹sur la droite›  un grand arbre vous accueillera pour écrire vos souhaits sur du papier de riz que vous plierez et nouerez à la cordelette placée sur le tronc de l'arbre ;

‹derrière ces grands arbres› sur la HALTE, en parallèle à des expressions coréennes queer, le P(b)ajubá est célébré avec un poème bixa, une balado performative réalisée avec l'artiste renata paciullo et une collaboration bafônica i babadeira avec l'activiste brésilienne Neon Cunha. Sur le côté du conteneur orange, des codes QR vous dirigeront vers des pistes audio.

‹en bas de la plateforme de bois› des mots du vocabulaire queer inscrit en alphabet coréen apparaîtront tous les mercredis avec le code couleur du tissu coréen traditionnel Saekdong.

DOIS (deux en portugais) est formé de deux artistes immigrant.e.s basé.e.s à Tiohtià:ke/Montréal qui se sont rencontré.e.s au centre d’artistes articule en 2015, dans le cadre de l’événement Jouer avec la nourriture organisé par l’artiste/commissaire Priya Jain. C’est à cette occasion que se sont révélées les similitudes de leurs pratiques artistiques et préoccupations. 

Fernando Belote est un artiste queer et multidisciplinaire issu d’un contexte de diversité culturelle. Sa pratique artistique s’exprime avec force selon son expérience de vie en tant qu’individu neurodiscordant. Son art est une réaction au pouvoir massificateur et déshumanisant du capitalisme et vise à recadrer les objets du quotidien vers une lutte anticoloniale et antifasciste. Belote fait des installations à base du recyclage qui exposent le déroulement sémiologique de l’oppression capitaliste, des performances qui politisent l’univers imaginaire de ses observations, et des photos mystérieuses et perturbatrices.

kimura byol lemoine est un.e artiste conceptuel.le féministe en multimédia (vidéo, calligraphie pop art, écriture et collaborations) qui de par son vécu, questionne indéniablement la binarité du genre, la perception des identités des genres, raciale, la linguistique dans la « perte » volontaire ou involontaire par traduction et les corps comme objet commercial. En donnant une voix et une visibilité aux minorités, l’archivage des récits est une façon de redonner la crédibilité d’une mémoire non-eurocentrique sur les identités.


Voir aussi


1er avril 2021
TRADUCTION





.